Regard sur « Les Temps boul’versés »…

Dé-mêlés de mémoires et de souvenirs entre théâtre et conte

65_11_01_03

Patrick Womba et Dominique Moutoussamy dans les Temps boul’versés, 2007 – photo de Philippe Bourgade

La voix de Madame Jean Lartiss Lanatole Santranblé Nitiké, personnage de la pièce de Patrick Womba, Les Temps boul’versés, résonne en moi.
« Pran sa
Lévé sa
Dansé épi sa
Lè ou rivé la
Déposé sa
Sé épi sa ou pé fé sa »
Poser, se déposer en regard.

Lire la suite

Arborescence

1424472_10201344686032618_1496492091_n

– Connais-tu – toi – Rafael Padilla de Leyos dit Chocolat ? Connais-tu Habib Benglia, né à Oran, venu à Paris depuis l’ancien Soudan français pour faire des études d’ingénieur agronome, magnifique Empereur Jones d’O’Neil dans une mise en scène de Firmin Gémier en 1923, sur les planches du Théâtre de l’Odéon ? Connais-tu Toto Bissainthe et Douta Seck ? … Sotigui Kouyaté ? Non… ? Pas encore…
J’ai plus qu’aimé le voir en Oedipe, mettre en scène et donner de la tragédie, jouant du chaos des langues et de leurs voix, reconstruisant le sens de mon imaginaire : l’exil, le territoire, le droit, la patrie. Choc théâtral.

Lire la suite

S’abandonner à la volonté cosmique – départ

« I never hurt nobody but myself and that’s nobody’s business but my own. »
Billie Holiday

MARTINIQUE_025

Affalée dans un canapé, une pile de carnets, de livres et d’albums photos lui servent d’accoudoir. L’Anti-Oedipe figure en bonne position, presque masqué par ses cheveux jetés sur le côté. La paume de sa main accueille sa joue. Elle fume son calumet. Plus bas, à plat ventre sur un tapis, les jambes repliées au-dessus des fesses, une peau de castor sur la tête, je feuillette Tristes Tropiques, en regardant entre deux lignes, d’un air abruti, « Les Feux de l’Amour ».

Est-il véritablement possible d’échapper à sa condition ?

Lire la suite

A propos de quelques difficultés à faire de l’anthropologie du théâtre à la Martinique

Commençons par un commencement. Lorsqu’un jour je rencontrai Richard Price, il m’invita à commencer : « Il faut commencer, le reste suivra… ». C’est ce que je veux faire aujourd’hui en faisant un petit saut en arrière.

Une des premières interventions que j’ai eu l’opportunité de faire alors que je menais des recherches dans le cadre de ma thèse en anthropologie, a été à l’occasion d’un colloque sur le métissage organisé par l’IRD Martinique-Caraïbe et le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement (CCEE) de la Martinique. Comme je ne travaillais pas particulièrement sur cette thématique, j’avais imaginé partir de mon parcours pour questionner la relation anthropologique et les liens qui se tissent, particulièrement lorsqu’on travaille avec des artistes. J’en publie aujourd’hui l’essentiel, en guise de re-commencement.

Lire la suite